La géographie au Maroc durant le xxes, évolution et apports à la recherche

Auteur : NABIL Lahcen


Résumé:

Dresser le bilan d’une science n’est pas une tâche facile. Il ne s’agit pas de faire le procès de l’Etat en tant que 1er responsable en termes de politique de la recherche, moteur du développement du pays, ni de dénigrer l’enseignant"chercheur" contraint, dans la majorité des cas, à faire une recherche aux dépends de ses moyens rudimentaires dans le but d’obtenir un poste budgétaire dans une institution publique. 

Plusieurs niveaux d’analyse s’imposent : la question se pose en termes d’approche, de stratégie, de politique publique de recherche pour un développement éventuel, de la tâche assignée à l’enseignant-« chercheur » et les directives d’orientation restrictives, ou en termes de spécialisation, de l’identification scientifique, très morcelée et sans horizons. L’affiliation, la nationalité, les directives extérieures posent la question d’identité, de destination et du devenir de la recherche. N’est-il pas question d’une recherche émigrée et naturalisée, mais sans apport de devise ? Aussi ne s’agit-il pas de problèmes d’approche méthodologique, qui se pose même aux pays plus développés, d’orientation de la science comme de son évaluation, d’une repensée épistémologique axée sur la méthodologie, les techniques et les outils pour orchestrer la symphonie de la recherche et la remettre au service du développement ? 

A travers nos investigations sur ces différents aspects et d’une analogie, de bilans réalisés, nous allons essayer d’en retracer une silhouette qui se veut synthétique et globale.

Mots clés : Géographie au Maroc, bilan du 20e siècle, Enseignement supérieur, recherche scientifique, identité de recherche, géographie coloniale, recherche émigrée, politique publique.

Télecharger le PDF

 

 

 

Aucun commentaire pour le moment


Formulaire en cours de chargement...